Publié le 06.04.2021

 

Appel à participation HydroCovid : l’évaluation du traitement contre la Covid-19 s’ouvre aux 40 ans et plus

Sommaire

De l’eau enrichie en hydrogène : un espoir de traitement de la Covid-19 dès l’apparition des premiers symptômes. Lancée en janvier 2021 et coordonnée par le laboratoire TIMC, l’étude clinique HydroCovid se poursuit. Pour s’adapter à l’évolution de l’épidémie avec des patients de plus en plus jeunes à risque de formes graves, l’étude s’ouvre désormais aux plus de 40 ans.

 

Depuis quelques années, le laboratoire TIMC (CNRS/UGA/Grenoble INP/VetagroSup) de Grenoble travaille en partenariat avec le CHU Grenoble Alpes sur les applications médicales de l’hydrogène. Plusieurs expériences récentes ont renforcé l’opinion des chercheurs du laboratoire sur l’intérêt potentiel de l'hydrogène comme traitement spécifique de la Covid-19.

L’espoir d’un traitement contre les complications de la Covid-19

Par son rôle anti-oxydant puissant, l’hydrogène pourrait avoir un effet bénéfique permettant d'éviter l’emballement des réactions inflammatoires qui conduit aux complications de la Covid-19. Cette hypothèse est étayée par de nombreux arguments précliniques et théoriques. Les propriétés anti-oxydantes de l’hydrogène ont été utilisées dans la prise en charge des formes graves de la maladie mais il n’existe aucune étude randomisée avec ce produit dans les formes non graves, qui sont les plus fréquentes.

Une cure d’eau enrichie à l’hydrogène et à domicile

Alors qu’il n’y a à ce jour aucun traitement efficace pour les patients atteints par la Covid-19 sans éléments de gravité, l'étude HydroCovid a pour but d’évaluer l'intérêt clinique d'un traitement de 21 jours à l'hydrogène. Une cure d'eau enrichie à l'hydrogène, simple, gratuite, sans danger et à domicile*. Mené par des médecins associés à une équipe de spécialistes en recherche clinique et des scientifiques de Grenoble, le projet souhaite pouvoir, par les actions de l’hydrogène, réduire les effets de fatigue, de sensation d’essoufflement et surtout les risques d’aggravation de la maladie.

Un nouvel appel à volontaires pour les plus de 40 ans

Pour s’adapter à l’évolution de l’épidémie avec des patients de plus en plus jeunes à risque de formes graves, l’étude HydroCovid s’est ouverte depuis mars 2021 aux 40 ans et plus (et plus seulement aux 60 ans et plus).
L’appel à volontaires concerne des personnes avec des symptômes de la Covid-19 qui viennent d’être diagnostiquées Covid-19 (ou qui viennent d’être testées et sont en attente de leur résultat), ne présentant aucun signe de gravité et pouvant ainsi être prises en charge à domicile par leur médecin traitant. L'essai clinique s'adresse aux habitants de la métropole grenobloise, de Valence, Romans et Montélimar.

Vous n’êtes pas concerné par l’étude ? Vous pouvez cependant participer aussi au développement de ce nouveau traitement en relayant l’appel à volontaires dans votre entourage. Aujourd’hui, faisons avancer la recherche ensemble !

 

EN SAVOIR PLUS ET PARTICIPER À L’ÉTUDE HYDROCOVID

 

* l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment confirmé les risques et contraintes minimes associés au complément oral proposé.

 

Contact

Les patients volontaires peuvent contacter les organisateurs par courriel ou téléphone :
Themas-HYDROCOVID@univ-grenoble-alpes.fr
Tél. 04 76 76 50 40

 

Source

Lire l'article publié le 06/04/2021 sur le site de l'université Grenoble Alpes.