11.08.2020

Coronavirus: 23 nouveaux projets de recherche vont bénéficier d'un financement de l'UE de 128 millions d'euros

La Commission soutiendra 23 nouveaux projets de recherche à hauteur de 128 millions d'euros pour faire face à la pandémie persistante de coronavirus. Le financement au titre d'Horizon 2020, le programme de l'UE pour la recherche et l'innovation, s'inscrit dans l'engagement pris par la Commission de consacrer 1,4 milliard d'euros à l'initiative de la Réponse mondiale au coronavirus, lancée par la présidente Ursula von der Leyen en mai 2020.

Les 23 projets sélectionnés en vue d'un financement concernent 347 équipes de recherche provenant de 40 pays, dont 34 participants issus de 16 pays non membres de l'UE. Ce financement permettra aux chercheurs de lutter contre la pandémie et ses conséquences en renforçant la capacité industrielle de fabrication et de déploiement de solutions facilement accessibles, de développer des technologies médicales et des outils numériques, d'améliorer la compréhension des incidences comportementales et socio-économiques de la pandémie et de tirer des enseignements de grands groupes de patients (cohortes) à travers l'Europe. Ces actions de recherche complètent les efforts déjà entrepris pour mettre au point des diagnostics, des traitements et des vaccins.

Mariya Gabriel, commissaire à l'innovation, à la recherche, à la culture, à l'éducation et à la jeunesse, a déclaré à ce propos: « Le financement d'urgence accordé au titre d'Horizon 2020 permettra aux chercheurs de développer rapidement des solutions avec et pour les patients, le personnel soignant, les hôpitaux, les communautés locales et les entreprises. Les résultats les aideront à mieux faire face et à survivre aux infections au coronavirus. Il est encourageant de voir la communauté des chercheurs se mobiliser aussi rapidement et de manière aussi forte. »

Thierry Breton, commissaire au marché intérieur, a ajouté: « La réaction à cet appel a été excellente, montrant la profusion de nouvelles idées pour lutter contre le coronavirus, y compris de nouvelles solutions dans le domaine de la santé en ligne. Les solutions et technologies numériques nous ont permis de rester connectés et d'interagir les uns avec les autres pendant le confinement. Elles constitueront également un élément essentiel de la réponse à long terme à apporter à ce virus et du renforcement de notre résilience. »

La Commission négocie actuellement des conventions de subvention avec les bénéficiaires sélectionnés. Les nouveaux projets couvriront les domaines suivants:

  • Réorienter la fabrication en vue de produire rapidement les fournitures et équipements médicaux vitaux nécessaires aux tests, aux traitements et à la prévention, par exemple en utilisant le moulage par injection et la fabrication additive (impression 3D), des méthodes d'adaptation de la production et de la chaîne d'approvisionnement, et la réorientation de la fabrication en tant que réseau de services pour une réaction rapide.
  • Développer des technologies médicales et des outils numériques pour améliorer la détection, la surveillance et les soins aux patients, par exemple par la mise au point de nouveaux dispositifs permettant un diagnostic plus rapide, moins coûteux et plus facile (y compris à distance) et de nouvelles technologies pour protéger les travailleurs de la santé. 
  • Analyser les incidences comportementales et socio-économiques des réactions des gouvernements et des systèmes de santé publique, par exemple sur la santé mentale, y compris les aspects sexospécifiques dans les facteurs de risque et la charge socio-économique, afin d'élaborer des orientations inclusives à l'intention des décideurs politiques et des autorités sanitaires et d'améliorer la préparation à de futurs événements similaires.
  • Tirer des enseignements de grands groupes de patients (cohortes) en reliant des cohortes existantes dans l'UE et au-delà afin d'évaluer leur exposition à certains facteurs de risque pour mieux comprendre les causes possibles de la maladie, et améliorer ainsi la réactivité face au virus et aux futures menaces pour la santé publique.
  • Renforcer la collaboration des cohortes européennes et internationales existantes en mettant en réseau les instituts de recherche qui collectent des données sur les soins aux patients afin de permettre la réalisation d'études sur les caractéristiques des patients, les facteurs de risque, la sécurité et l'efficacité des traitements et les stratégies potentielles de lutte contre le coronavirus. 

Contexte

Ce deuxième appel urgent à manifestation d'intérêt, lancé par la Commission le 19 mai 2020, a laissé aux chercheurs un peu moins de quatre semaines pour préparer des projets de recherche collaborative. La communauté de la recherche s'est mobilisée rapidement. Les propositions de recherche ont fait l'objet d'une évaluation accélérée réalisée par des experts indépendants, ce qui a permis à la Commission de présélectionner un certain nombre de projets d'excellente qualité scientifique aux retombées potentielles importantes. Bien que le financement soit subordonné à une décision finale de la Commission et à la signature de la convention de subvention Horizon 2020, les équipes de recherche peuvent déjà entamer leurs travaux.

Bon nombre des 23 projets présélectionnés ont une dimension internationale au-delà de l'UE et des pays associés, avec 34 organisations provenant de 16 pays hors UE, dont des pays associés au programme Horizon 2020 (Bosnie-Herzégovine, Israël, Norvège, Serbie, Suisse et Turquie) et des pays tiers (Argentine, Australie, Brésil, Colombie, Congo, Gabon, Inde, Corée, Afrique du Sud et États-Unis).

Ce nouvel appel ciblé à propositions au titre du programme Horizon 2020 vient compléter les actions précédentes visant à soutenir 18 projets avec une enveloppe de 48,2 millions d'euros pour la mise au point de diagnostics, traitements, vaccins et la préparation aux épidémies, et un investissement de 117 millions d'euros dans 8 projets axés sur le diagnostic et le traitement, dans le cadre de l'initiative en matière de médicaments innovants, ainsi que des mesures de soutien des idées innovantes par l'intermédiaire du Conseil européen de l'innovation. Il met en œuvre l'action 3 du plan d'action ERAvsCorona, un document de travail issu de dialogues entre la Commission et les institutions nationales.

 

Source

Lire l’article publié le 11/08/2020 sur le site de la Comission Européenne