Publié le 08.06.2020

Covid-19 : Une Task Force pour coordonner la recherche française au Sud

Ensemble face au COVID-19, REACTing/Inserm, l’IRD et l’ANRS créent une Task Force pour la recherche française dans les pays à revenu faible et intermédiaire. L’objectif de cette Task Force est d’assurer une bonne coordination des projets de recherche portés par ou associant les institutions françaises à des institutions partenaires dans ces pays, quels que soient le thème et la discipline scientifique.

“Grâce à l’effort des agences françaises de développement et de financement de la recherche ciblant les pays du Sud, 32 projets ont pu être sélectionnés en mai 2020 pour financement dans un appel d’offres coordonné par l’ANRS consacré au COVID-19. La Task-Force aura pour rôle premier de coordonner l’exécution idoine sur le terrain des projets financés” indique le Pr Nicolas Meda (Université Ki-Zerbo, Ouagadougou) qui co-préside le comité stratégique, aux côtés du Pr Eric Delaporte (IRD, Montpellier).

Cette initiative multi-institutionnelle et multidisciplinaire regroupe à la fois des représentants institutionnels finançant la recherche et des acteurs clefs de la recherche et de la santé publique en France et à l’international. Elle permettra ainsi de fédérer les parties prenantes pour proposer une stratégie de recherche coordonnée qui réponde aux besoins et enjeux des partenaires et de l’évolution de la pandémie. “Il y a un besoin de coordination afin de s’assurer de la complémentarité des efforts et également à travers les projets financés de discuter des sujets qui ne sont pas couverts” complète le Pr Eric Delaporte, “des scientifiques du Sud sont membres de cette  Task Force, l’objectif est de s’assurer que les action de la France à l’international s’intègrent aux priorités du Sud et que cela soit une aide structurante”.

Pour le Professeur Meda, les pays concernés bénéficieront “d’actions coordonnées qui vont aider à la réflexion, à la conceptualisation et à la rédaction de nouveaux projets de recherche clinique et vaccinale ainsi que d’une opportunité française de financement de projets de recherche sur le COVID-19.” 

Une première réunion s’est tenue le 4 juin 2020, afin de fixer les objectifs et de mettre en place les stratégies d’action et les outils d’opérationnalisation, afin de faciliter la mise en route rapide des projets sélectionnés. “Les réflexions stratégiques portent sur des enjeux majeurs tels que le traitement , le diagnostic, le vaccin” indique le Pr Delaporte. Parmi les outils qui pourraient être mis en place, le Pr Meda envisage “le développement d’une plateforme de partage des informations entre institutions partenaires et une enquête électronique pour l’élaboration des priorités de recherche sur le COVID-19 dans les pays du Sud”.

L’IRD et tout particulièrement ses départements Santé et Sociétés, Sociétés et Mondialisation, Écologie et Biodiversité se sont mobilisés avec leurs partenaires sur les différents terrains intertropicaux et méditerranéens, où interviennent ses équipes, pour analyser la pandémie et apporter le soutien de la recherche à la décision publique.

REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases), lancé par l’Inserm en 2013 sous l’égide d’Aviesan, est un consortium multidisciplinaire rassemblant des équipes et laboratoires d’excellence des partenaires français. Sa mission est de préparer et coordonner la recherche sur les maladies infectieuses émergentes pour prévenir et lutter contre les épidémies. REACTing assure la coordination de la recherche en France sur le COVID-19 depuis les premiers jours de l’épidémie.

L’ANRS (Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virale), agence autonome de l’Inserm depuis 2012, et créée en 1988, a pour mission de fédérer, coordonner, animer et financer la recherche publique sur le VIH et les hépatites virales. L’approche de la recherche à l’ANRS est pluridisciplinaire : recherches fondamentale, clinique, vaccinale ainsi qu’en sciences humaines et sociales et en santé publique. L’ANRS agit en France mais également dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

 

Source

Lire l'article publié le 08/06/2020 sur le site de l'IRD