Publié le 25.05.2020

 

Flash Covid-19 : La reprogrammation des macrophages contre l’infection à SARS-CoV-2

Sommaire

Dans le contexte sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19, l’Agence nationale de la recherche (ANR) a lancé l’appel Flash Covid-19 pour mobiliser les communautés scientifiques autour de cette maladie. Parmi les projets sélectionnés : le projet MacCOV, porté par Jean-Luc Perfettini de l’unité de Radiothérapie moléculaire et des thérapeutiques innovantes (RAMO - Université Paris-Saclay, Institut Gustave Roussy, Inserm).

 

Reprogrammer les macrophages, des cellules particulières du système immunitaire, pour lutter contre les détresses respiratoires dues au SARS-CoV-2, tel est l’objectif du projet MacCOV. Grâce à l’expertise des chercheurs de l’unité RAMO dans le domaine de l’innovation thérapeutique, la recherche d’un médicament pour traiter ces infections est lancée.
 

Les macrophages comme cible thérapeutique

L’unité RAMO a pour but la compréhension des traitements du cancer et la recherche de stratégies thérapeutiques innovantes, qui pourraient être combinées à la radiothérapie pour augmenter l'efficacité des traitements. Dans ce contexte, la reprogrammation des macrophages associés aux tumeurs y est étudiée.

Ces cellules immunitaires ont un comportement anti-inflammatoire au sein des tumeurs : leur reprogrammation en macrophages « pro-inflammatoires », qui favorise l’inflammation, stimule le système immunitaire et améliore le traitement du cancer. « Il s’avère que, dans le cas du traitement de pathologies infectieuses où l’hyper-inflammation participe à l’aggravation de la maladie, comme c’est le cas avec le Covid-19, favoriser la reprogrammation anti-inflammatoire des macrophages se montre, au contraire, intéressante », explique Jean-Luc Perfettini, le porteur du projet de recherche MacCOV. Le contrôle du macrophage pour des visées thérapeutiques fait alors le lien entre l’expertise des chercheurs dans le traitement du cancer, et les maladies infectieuses.

L'objectif de MacCOV est d'identifier des médicaments déjà utilisés dans d’autres pathologies, puis de vérifier s’ils permettent de contrôler la reprogrammation des macrophages, pour les donner à des patients infectés par le SARS-CoV-2. « Nous possédons l’expertise des macrophages et la technologie nécessaire à leur manipulation. Nous espérons rapidement identifier des médicaments pour lancer des essais cliniques dans les mois qui viennent. Il est urgent de trouver des médicaments et sortir de cette pandémie, parce qu'il n'y a pour l’instant que très peu de traitements à proposer aux patients infectés », précise JL Perfettini.
 

Un point de vue reconnu sur l’innovation thérapeutique

Cette thématique de recherche est soutenue par le LabEx LERMIT (Laboratoire d'excellence en recherche sur le médicament et l'innovation thérapeutique de l'Université Paris-Saclay). Au-delà de la découverte de médicaments pour lutter contre le Covid-19, l’équipe de Jean-Luc Perfettini souhaite développer de nouveaux médicaments contre de nombreuses pathologies où les macrophages jouent un rôle central dans le déclenchement ou la résolution de la maladie.

« Le soutien du LabEx LERMIT a été essentiel, c'est ce qui nous a permis d’acquérir des connaissances sur la reprogrammation des macrophages. Grâce à elles, nous sommes déjà en train de chercher des médicaments qui ciblent une voie de signalisation cellulaire que l'on a découverte il y a peu de temps. Elle pourrait avoir un intérêt thérapeutique dans le cadre de la crise actuelle. Le message à faire passer, c’est qu’il faut mener de front la recherche de la connaissance et le soutien à l'innovation thérapeutique, pour avancer et trouver rapidement des traitements. Aujourd’hui, plus que jamais, c’est ce qu’attendent nos concitoyens » conclut JL Perfettini.

 

Source

Lire l'article publié le 25/05/2020 sur le site de l'Université Paris Saclay