10.11.2020

Quel vaccin contre la Covid-19 ?

Sommaire

180 candidats-vaccins contre la Covid-19 sont en cours de développement et près de 40 sont en phase clinique chez l'homme - dont le vaccin à ARN du laboratoire Pfizer. Comment ces vaccins fonctionnent-ils ? Quand saura-t-on s’ils sont vraiment efficaces ? CNRS le Journal a mené l’enquête.

Alors que l’épidémie de Covid-19 semble partie pour durer, et à défaut de traitement efficace, la mise au point d’un vaccin pour protéger la population mondiale apparaît comme la meilleure option à ce jour. Tous les laboratoires, privés comme publics, y travaillent d’arrache-pied : près de 180 candidats-vaccins contre la Covid-19 sont ainsi en développement, dont une quarantaine ont atteint la phase d’essais cliniques chez l'humain, plus ou moins avancée. Sur ces quarante candidats, dix sont entrés dans la 3e et dernière étape - parmi eux, le vaccin à ARN de l'américain Pfizer (allié à l'entreprise allemande de biotechnologie BioNTech) qui affole l'actualité ces jours-ci.

Ce n’est pas le virus en tant que tel qui déclenche la réponse immunitaire, mais une protéine qui se trouve à sa surface, la protéine Spike, en forme de pique. C'est elle qui est au coeur des stratégies vaccinales contre la Covid-19.

Le principe de la vaccination est toujours le même : il s’agit de présenter un pathogène (virus, mais aussi parasite ou bactérie) à notre système immunitaire afin qu’il apprenne à le reconnaître et à fabriquer des anticorps spécifiques qui seront prêts à le neutraliser lorsque nous le rencontrerons dans la vraie vie. « En réalité ce n’est pas le pathogène en tant que tel qui déclenche la réponse immunitaire, mais des protéines bien particulières qui se trouvent à la surface du virus, les antigènes, explique Bruno Pitard, physico-chimiste au Centre de recherche en cancérologie et immunologie Nantes-Angers1. Ces antigènes sont la clé qui permet au virus de pénétrer dans la cellule, qu’il va alors mettre à son service pour se reproduire. Concernant les coronavirus, l’antigène le mieux reconnu est la protéine « S » (pour Spike), cette protéine en forme de pique qui donne au virus son aspect « hérissé » si particulier.

L’idée du vaccin est évidemment d’inoculer le pathogène sous une forme totalement inoffensive, qui ne risque pas de déclencher la maladie contre laquelle il prétend nous défendre. Plusieurs techniques sont possibles pour cela – des techniques éprouvées comme l’utilisation du virus entier rendu inoffensif, aux techniques plus récentes comme les vaccins à ADN ou ARN. Toutes ces pistes sont actuellement exploitées dans la recherche d’un vaccin contre la Covid-19.

...

 

Source

Lire l'article dans son intégralité, publié le 10/11/2020, sur le site du CNRS