Publié le 15.06.2020

Un test salivaire ultra-rapide pour dépister le Covid-19

Sommaire

Baptisé EasyCov, ce test diagnostic développé par les chercheurs du laboratoire montpelliérain Sys2Diag peut être réalisé sur le terrain et donne son résultat en moins d'une heure. Commercialisé à l'étranger et auprès de certains publics ciblés, il devrait bientôt être disponible en France.

Fini les écouvillons enfoncés dans les fosses nasales, les robots qui tournent pendant des heures dans les laboratoires d’analyses médicales et les litres de réactifs engloutis. Depuis ce lundi 15 juin, un test révolutionnaire permet de diagnostiquer sur le terrain et (presque) instantanément les patients atteints du Covid-19 : baptisé EasyCov, ce test portable demande quelques gouttes de salive, un tube à essai, et moins d’une heure de chauffe à 65 °C pour livrer son résultat… Il a été développé au sein du laboratoire Sys2Diag, un laboratoire qui associe des chercheurs CNRS et des chercheurs des entreprises Alcediag et SkillCell (groupe Alcen), sous la houlette du biologiste Franck Molina. De quoi accélérer et massifier encore la stratégie de tests préconisée par l’OMS depuis le début de la pandémie.

A ce jour, 200 000 kits sont produits chaque semaine, et sont pour le moment commercialisés à l'étranger ; en France, des tests complémentaires demandés par les autorités sanitaires sont toujours en cours. À peine mis sur le marché, EasyCov intéresse déjà les sportifs de haut niveau, et des pays d’Asie et d’Amérique du Sud sont sur les rangs pour se le procurer. « Avec un test de terrain rapide, quatre à cinq fois moins cher que les tests actuels, on peut tester des passagers avant qu’ils n’embarquent dans un avion ou un bateau, par exemple, ou envisager de tester régulièrement les résidents et personnels des Ehpad. » Son déploiement chez les médecins de ville ou le développement futur d’un auto-test réalisable à la maison dépendent quant à eux du cadre que fixeront les autorités de santé.

 

La salive, un important perturbateur biologique

« À l’origine, Sys2Diag n’est pas spécialisé dans la détection virale, raconte Franck Molina. Notre cœur de métier est la mise au point d’outils de diagnostic innovants, et jusqu’à présent nous avons surtout travaillé dans le domaine de la psychiatrie, avec un test permettant de déceler les dépressions profondes et les risques de passage à l’acte, et dans le domaine des machines cellulaires – des cellules artificielles qui se comportent comme de petits ordinateurs et sont par exemple capables de repérer le pré-diabète dans les urines d’un patient. Mais quand l’épidémie de Covid-19 s’est accélérée en France et que les tensions sur les tests et les réactifs ont commencé à se faire sentir, nous nous sommes dit que nous devions tenter quelque chose, en nous appuyant sur les technologies et les briques que nous avions déjà utilisées. » C’est ainsi que, la veille du confinement et alors que tout le laboratoire s’apprête à se mettre en télétravail, la décision est prise par l’équipe de se lancer dans le développement d’un test salivaire.

...

 

Source

Lire l'article dans son intégralité, publié le 15/06/2020, sur le site du CNRS